Visite du Conseil Départemental des Yvelines

Une petite pointe d’humour en passant : « Tiens, vous avez l’accent des Yvelines du Nord ! ». Puis la visite se poursuit par le chantier d’insertion, où des personnes sont formées et employées au démantèlement et à la rénovation d’ordinateurs, dont le Conseil départemental est partenaire. Pierre Bédier demande des précisions, « Qui sont les clients de ces produits ensuite? », « Y a-t-il un accompagnement par la suite pour aider ces personnes à retrouver du travail? ». Un moment plus tard, Pierre Bédier n’écoute plus, il est en pleine conversation avec l’une des ouvrières et l’interroge sur son parcours. Plus tard, M. le Président pousse une porte, serre à nouveau quelques mains, constate avec simplicité que tout a l’air « très bien organisé».

DSC_2826

S’ensuit une réunion en présence de Philippe Pascal, directeur d’Activity, Agence d’Insertion des Yvelines, et de divers membres des Restos autour de Lionel Hesclowicz.

Pierre Bédier exprime sa satisfaction d’être là aujourd’hui, après les complications relationnelles entre les Restos et le Conseil départemental qui ont marqué ces derniers mois. Il confirme que malgré les difficultés financières auxquels les départements sont actuellement confrontés, les Yvelines maintiendront leur effort d’insertion. Une enveloppe a été définie à cet effet à laquelle on dérogera pas. S’adressant aux Restos, M. le Président déclare : « Vous êtes un trésor incomparable. S’il fallait remplacer vos 1000 bénévoles par des salariés, cela représenterait 1/3 de la masse salariale du département, et une augmentation de 5% de notre budget, c’est dire … ». Et d’ajouter : « Même si on a des poins de désaccord, et c’est normal, nous sommes engagés ensemble dans un partenariat et nous continuerons à avancer ». M. le Président doit prendre congé au bout de ¾ d’heure comme annoncé, et la réunion se poursuit.

 

DSC_2838

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y est notamment question, pour les chantiers d’insertion, de l’obligation de résultat avec 60% de « sorties positives », ce qui oblige les associations à faire une sélection lors du recrutement et à laisser hors-circuit les personnes en grande difficulté sociale, psychologique, professionnelle ou autre. L’idée serait de réserver un quota pour ces personnes, qui ne s’inscrirait pas dans les statistiques. On y évoque enfin, sur une proposition de Philippe Pascal, le projet d’une plate-forme départementale, régie en chantier d’insertion, destinée à regrouper les produits invendus dans le cadre des diverses associations du département, avec la possibilité que les Restos 78 fassent partie des opérateurs.

 

DSC_2832